Faure Gnassingbé

Le site des sympathisants

Faure Gnassingbé

Le site des sympathisants

SEM Faure Gnassingbé, conférence internationale sur la dette et le développement durable :

« Nous avons ce dialogue collectif inter africain. Nous avons tous l’habitude d’avoir des dialogues bilatéraux entre le Fond [FMI NDLR], les équipes du Fond, et nos équipes administratives. Et je crois que beaucoup de pays ont fait des efforts. Nous avons fait les changements qu’il fallait pour assainir les cadres macroéconomiques, la stabilité, et les questions que le présent Macky Sall a posé c’est la réalité. Nous avons la théorie, les critères de convergence,le président Issoufou vient de rappeler queson pays respectait tous les critères, nous sommes un certain nombre à respecter, peut-être pas tous, mais la majorité des critère les plus importants sont respectées par nos pays ;  c’est un peu la discipline que nous avons instauré au sein de l’UEMOA.

Mais ce dialogue ne serait pas utile si on ne débattait pas de la réalité. En respectant ses critères là quel est
l’impact sur la vie de nos populations ? Le présent Macky Sall l’a effleuré je le disais. Je sais que ce sont des questions difficiles, madame la directrice générale du Fonds, et qu’au niveau mondial on parle des objectifs de développement durable, c’est une bonne chose mais nous sommes en Afrique et nous avons le continent qui a
le plus grand défi !

Je ne pense pas que on peut nous englober dans des objectifs mondiaux. A un moment donné nous devons nous en tenir à ce que nous avons sur notre continent.

La question des dépenses de défense et de sécurité : je ne pense pas que nous pourrons trouver la solution
au cours de cette journée mais ce que je souhaiterais c’est que le débat soit poursuivi de façon sérieuse. Parce que le mot urgence qu’on a prononcé, cette urgence nous la vivons tous les jours. On est entre nous, on nous rappelait les kidnappings, les tueries, les morts ! Ça n’attend pas.

Et il y a de quoi vous déstabiliser le cadre macroéconomique. Après un moment donné, on a l’impression
qu’il y a un décalage entre ce que nous disons – on peut avoir la satisfaction de respecter les critères de convergence – mais les populations peuvent se sentir insatisfaites. Je ne nous exonère pas, nous avons aussi nos travers, nos défauts, nos dérapages… nous essayons de les corriger.

La question du changement climatique : ce sont des promesses.  On peut pas nous demander à chaque fois de faire des efforts, dans des contextes difficiles, et quand il s’agit des questions comme celle du climat on fait des conférences et puis on ignore ça mais après la sanction elle est individuelle. [applaudissements] On vous
dit que c’est tel pays, on n’a pas fait ceci, on n’a pas fait cela. On parlait de choc, c’est un choc.

Les autres fois quand il y avait des chocs, il y avait des des mécanismes appropriés. Mais la sécurité, la défense, c’est pas un choc que nous avons choisi. C’est un choc que nous subissons, qui n’est pas venu, qui n’est pas de notre fait.

Des gens ont eu la bonne idée ou la mauvaise idée, je ne sais pas comment la qualifier, de faire ce qu’ils ont fait en Libye, et nous payons aujourd’hui les pots cassés.

[applaudissements]

Nous rendons compte à nos populations qui nous regardent en disant « mais faites quelque chose pour nous ! »

Et nous savons, malheureusement d’expérience, que c’est un mal qui est là et qui va durer.

Mais les présidents qui sont confrontés à ce mal donnent souvent l’exemple de l’Afghanistan, de l’Irak, etc…On doit, nous devons, prendre en compte ces questions là évoquées par le président Macky Sall ensemble.

Seuls nous n’arriverons pas. Mais si vous continuez à nous prescrire le même remède il n’y aura pas de solution. Ou bien il n’y aura que des solutions fragiles.

[applaudissements]

Et évitons les frustrations de voir que nous allons de plans en plans. Nous venons d’avoir un programme avec le Fonds, oui c’est bien avant d’avoir un autre programme.

Mais, finalement on est quand même pas les seuls pays dans le monde ! [applaudissements] Il faut quand même, à un moment donné, qu’on se dise que cela sert à quelque chose.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
RSS
Follow by Email